Charlie Hebdo

The sword is not only a weapon, it is used to inspire greatness … and the pen is mightier than the sword.


I’m sorry, I panicked.
So, I was in the middle of writing a blog post about the January sales in France when 2 men arrived at the Charlie Hebdo offices in Paris and opened fire on the employees. 11 people were killed and 11 more were injured.
Suddenly those half price shoes and discounted coats seemed a bit ridiculous, and I now had an important and delicate post to write.
I wrote, deleted and re-wrote my ‘Je suis Charlie’ post at least a dozen times but I couldn’t figure out what I wanted to say. I was sad and angry and full of the importance to express my feelings but it wouldn’t come out right. I think it’s difficult to be clear and concise when you have so many emotions running through your head. Everything I wrote sounded contradictory and contrite, and had different connotations in French than English. So I waited.
I waited, and watched the aftermath.
I watched as mosques around France were attacked, as Churches burned and the French flag went up in flames. I watched the politicians promote the importance of Free speech and I watched as a comedian was arrested for his opinions. The country seemed in contradiction with itself, wanting to fight for the freedom to say what we want, but condemning those that said something against the universally accepted ‘correct’ opinion.

I waited and tried to figure out exactly what it was that was important for me to say. And then I was scared. I was scared about writing my opinion about such an important subject. Who am I to put my opinions up on the internet for all the world to see? I’m not a journalist or expert of some sort, I’m not anyone of any importance at all. But then that’s it isn’t it, that’s what we’re fighting for. What means we live freely in free countries. I don’t have to BE someone, just having an opinion is enough. I can put my thoughts online, I have the freedom to tell everyone and you can choose to listen or not.
So I think what I want to say is; I was incredibly sad and hurt by what happened at Charlie Hebdo. I believe it was truly an awful, horrible thing to happen. Not was but is, it IS a truly awful, horrible thing to happen anywhere in the world, to anyone, ever.
I believe that the freedom of speech is fundamentally important in allowing human beings to be humans – what do we become if we can’t disagree or think differently? Robots?
And I also believe that you are a nice person if you realise the importance of your words and try not to hurt people by saying hurtful things.
Of course there are exceptions and instances where people push boundaries and say things for a reaction, maybe that’s what makes the news interesting and glossy magazines profitable. But really, when you get right down to it I think we all know the difference between right and wrong, between nice and nasty. Freedom of speech gives us the choice to say the nasty stuff, but that doesn’t mean that we should.
Of course, this is just my opinion.


Je suis désolée, j’ai paniqué.
J’étais en train d’écrire un post sur les soldes d’hiver en France quand j’ai entendu a la radio qu’il a eu un attentat contre Charlie Hebdo a Paris. Deux frères sont rentrés dans le bureau du journal armés de fusils d’assaut et y assassiné onze personnes.
Tout a coup je n’avais plus envie d’écrire a propos de chaussures soldés, cela me parait ridicule et sans importance. Je voulais parler de cette événement horrible, de mes tristes sentiments et la fierté que j’avais (que j’ai) pour les français avec le tact et sensibilité qu’il a mérité. J’ai essayé plusieurs fois d’écrire mon poste intitulé Je suis Charlie mais je ne trouvais pas mes mots. J’étais en colère et très triste et je voulais vraiment avoir mon mot a dire sur le sujet, mais je n’y arrivais pas. Je pense que c’est difficile d’être clair et concis quand on es énervé. Tous que j’ai écrit me semblait contradictoire et je ne pouvais pas le traduire en français en gardent les meme idées. Donc, je me suis arrêtée et j’ai attendu.
J’ai attendu et j’ai regardé tous qui s’est passé après l’attentat.
J’ai vu les assauts sur les mosquées en France, j’ai vu les églises brulées et le drapeau français en feu. J’ai vu les hommes politiques encouragent l’importance de la liberté d’expression et puis j’ai vu un humoriste être arrêté par la police a cause de ses opinions. J’étais perdu. C’était comme tout le monde disait ‘on es pour la liberté d’expression, mais seulement si tu veux dire la meme chose que nous.’

J’ai attendu et j’ai essayé de trouver exactement ce que je voulais dire. Et puis j’avais peur. J’avais peur d’écrire quelque chose sur un tel sujet. Je ne suis pas quel q’un d’importance, je ne suis pas une journaliste ni une spécialiste, comment ca que je me suis donnée le droit d’écrire un poste de novice sur un attentat terroriste ?
Mais je me suis dit, en fait c’est pour ca qu’on battre maintenant. C’est ca la liberté d’expression. Ce n’est pas nécessaire d’être quel q’un connu ou diplômé dans le sujet dont on veut parler, il suffit d’avoir un avis. On vit dans un pays libre, j’ai le droit de mettre en ligne mes idées, j’ai la liberté de les dire a tout le monde et vous pouvez choisir de les lire ou pas.

Alors, après 7 mois, je crois que j’ai trouvé ce que je veux dire.
C’était vraiment horrible ce qui s’est passé a Charlie Hebdo, je me suis senti profondément triste et dégouté par les actions des terroristes. C’est quelque chose qui ne doit jamais arriver, pas en France, pas dans le monde.
Je crois que la liberté d’expression est essentielle pour les humains, sans le pouvoir de nous permettre un difference d’opinion qu’est ce qu’on devient ? Des robots ?
Et je crois aussi qu’on peut choisir d’être une personne sympa ou une personne méchante. Pour être sympa il faut qu’on se rende compte du pouvoir des mots et ne pas essayer de blesser les gens avec des mots cruel.

Bien sur qu’il y a des moments ou les gens doivent pousser les limites, ils disent quelque chose juste pour voir la réaction, peut être est-ce pour cela que les infos sont intéressantes et les magazines peoples sont rentables. Mais, honnêtement, à la base je pense que nous savons tous le difference entre le bien et mal. La liberté d’expression nous donnant le choix de dire des choses méchantes, mais cela ne veux pas dire qu’il faut le faire.
Mais finalement, ca c’est juste mon opinion.



Harcelement de rueI’m sick of it, I’ve had enough, but I honestly don’t know what to do about it.

Every single woman, EVERY SINGLE ONE, knows that sinking feeling in the bottom of their stomach when some guy they don’t know shouts something sleazy in their direction in the middle of the street. It’s scary. It’s just really scary. In those few seconds you imagine all the possible outcomes of this situation. You look at the floor, hold your breath, quicken your step and silently cross your fingers in hope that it’s the ‘nothing’ outcome.

The clothes, the hair, the make-up, it makes no difference. You could be wearing bin bags and there would still be those guys throwing those creepy remarks at you. For a few seconds you feel totally exposed, in danger and afraid.

These images explain perfectly …

I work until late on Thursday evenings, so on my way home yesterday it was dark and there weren’t many people around. I walked past a man leaning against the metro wall and he poetically said ‘I know you want to suck my dick.’ I was too scared to reply, replying means acknowledging, acknowledging means recognising that he was speaking to me, and I’d rather just pretend I didn’t hear it. There was no way I was giving him any reason to think I wanted to make any kind of conversation with him.

However, as punishment for me not responding to his romantic compliment he hurled a string of choice insults at me, not only managing to keep me scared, but also succeeding in making me feel pretty damn small and pathetic. And this is constantly, all the time to all women.

And now, with all the stuff in the news about the ‘Dapper Laughs’ comedian and the PUA Julien Blanc (‘Pick-up Artist’ for anyone who didn’t already know the terminology), it seems these attitudes are finding a way to spread. Not only can women now be made to feel humiliated and degraded in the street, but also in the comfort of our own homes via phone apps and online chat. Great.

Why do these men think they have the right to treat women this way?

Where did they get the idea that this behavior is acceptable?

This attitude of treating women like some kind of un-feeling lump of clay to be manipulated and moulded and pressured into submission has to stop … But I’m not really sure what to do about it …

Hope that natural selection does it’s job and stops these creeps from ever reproducing I guess …


Ça y est, j’en ai assez! J’en ai marre, mais je ne sais pas quoi faire.

Chaque femme connaissent le sentiment de peur dans leur estomac quand il ya un mec inconnu dans la rue qui jette les mots sordides vers elles. C’est effrayant, c’est vraiment effrayant. Pendant ces quelques secondes on imagine tous les résultats possible. On baisse les yeux, on retient le souffle, on accélère et on espère que rien va se passer.

Les vêtements, les cheveux, le maquillage, ça n’a aucune importance pour ces mecs.  On peut très bien s’habiller en sacs poubelles, il y a toujours ce type, qui lance ce genre de phrase vers vous. Pendants quelques secondes on se sent complètement nue, non défendue, terrorisée.

Ces images
l’expliquent très bien …

Je travaille jusqu’à tard les jeudis, du coup hier en rentrant du travail il faisait noir et il y avait pas beaucoup de monde. J’ai vu un homme penché sur le mur dans le métro et quand je lui ai passé devant il m’a dit “Tu veux ma bite dans ta bouche.” J’avais trop peur pour répondre, de répondre c’est de reconnaitre qu’il a parlé a moi et j’ai préféré faire semblant que je ne l’ai pas entendu. Pas de possibilité de lui donner une raison pour me parler plus, de commencer une conversation.

Cependant, comme punition car je n’ai pas répondu à son compliment romantique il m’a crié dessus avec un bon choix d’insultes; pute, salope, connasse etc, et avec ça il a réussi non seulement à continuer de m’effrayer mais aussi d’être sure que je me suis senti minable. Et c’est sans cesse, tout le temps pour toutes les femmes.

Et maintenant avec les infos sur l’humoriste de “Dapper Laughs” et le PUA Julien Blanc (PUA = Pick-Up Artist =  Professionnel de la Drague) ça me semble que ce mauvais comportement a trouvé un moyen de se diffuser. Les femmes n’ont pas seulement le droit d’être harcelé dans la rue, désormais ça peut arriver dans le confort de nos maisons, par les application de smartphone ou chat sur internet. Super.

Je ne comprends pas pourquoi ces mecs croient qu’ils ont le droit de traiter les femmes comme ça.

D’où vient cette idée que ce comportement est acceptable ?

Il faut arrêter cette manière de traiter les femmes comme quelque chose sans émotion, qui doit être manipulé, et contraint à la soumission … Mais je ne sais pas trop comment …

Espère que la sélection naturelle va faire son boulot et ces mecs ne se reproduiront pas …



I’ve just returned to France from a wonderful weekend back in the UK. It was lovely to see my family and friends and even nicer because my Frenchy boyfriend came along with me and practised his English a bit.

Well, I spent my Halloween with an air rifle in one hand (aiming at pumpkins) and an axe in the other … How about you?! The short story is that we bought a pumpkin that didn’t work! It wouldn’t carve! So we shot at it in hopes that it would explode in some kind of Mission Impossible awesomeness … It didn’t … hence the axe!

So here’s some pumpkin’s I’ve done over the past few years, I hope you like them and they inspire you to get creative next Halloween!


Je viens de rentrer d’Angleterre après un weekend génial avec ma famille. Plus que génial même parce que j’étais aussi avec mon Frenchy copain!

Bah, moi j’ai passé mon Halloween avec un fusil dans une main (pour tirer sur les citrouilles!) et une hache dans l’autre … et vous ?! Vite fait, l’histoire c’est qu’on a acheté une citrouille qui ne fonctionnait pas. On ne pouvait pas le percer pour sculpter! Donc on l’a tiré dessus en espérant qu’il aurait explosé partout dans le style Mission Impossible … malheureusement ça n’a pas arrivé … et voilà pourquoi la hache !

Donc voilà, quelques citrouilles que j’ai fait pendant les derniers années, j’espère que vous les aimez et qu’ils vous inspirent d’être créatifs l’Halloween prochain !










Why is it always the disruptive kids that sit on squeaky chairs …

I don’t want to say naughty because I feel that word makes it sound almost intentional in some way. It’s not their fault, it’s just like they’ve become these noise making object magnets so when they enter the classroom they’re immediately drawn to that one broken chair that creaks or that table that wobbles or even the pen that explodes. It’s not on purpose. It’s physics.

Any number of the other wannabe teens in my class could resist that tingling temptation to rock the chair or wiggle the table or chew incessantly on the pen, but not that kid. That kid can exploit this weakness in the classroom, use it to interrupt those who speak, to start an unstoppable round of laughter or skip fifteen minutes of class in the toilets ‘washing their hands’ – see ‘playing on the mobile phone that was sneakily slipped into their jeans pocket’. But I harbour no hard feelings towards these kids, after all they didn’t pick that chair on purpose, it’s just a force of nature. And one day I’ll learn, learn to check the classroom before opening the door and letting them in!


Je ne veux pas dire méchant car je pense que ce mot à l’air intentionnelle de la part de l’élève. Ce n’est pas leur faute, c’est comme ils sont devenus aimants d’objets du bruit et quand ils entrent dans la classe, ils sont immédiatement attirés par une chaise cassée qui grince ou une table que vacille ou même un stylo qui explose. Ce n’est pas fait exprès. C’est de la physique.

N’importe quel nombre d’autres adolescents dans ma classe pourrait résister à cette forte tentation de secouer la chaise ou bouger la table ou de mâcher sans cesse sur le stylo, mais pas ce gamin. Ce gamin peut exploiter cette faiblesse dans la salle et l’utiliser pour interrompre ceux qui parlent, pour commencer un fou rire avec tous les élèves ou de sauter quinze minutes de classe dans les toilettes pour «se laver les mains» – voir «jouer avec le téléphone mobile qui était glissé dans la poche de jeans en secret». Mais je nourris aucune rancune envers ces enfants, après tout ils n’ont pas choisi cette chaise cassé délibérément, c’est une force de la nature. Et un jour moi, je vais apprendre. Apprendre à vérifier la classe avant d’ouvrir la porte et de les laisser entrer!


Fashion of the 50s

50s Fashion b/wChristian Dior, "Bonbon" dress, A/W 1947. Photo : © Grégoire Alexandre I inherited a lot of traits from my mother, one being the love of fashion and fabrics. Thanks to her passion and knowledge I can tell the era of pretty much any movie, TV show, poster, magazine or photo just from the clothing. Looking at the patterns, the cuts, the colours, the sizes can tell you fairly accurately the time period of what you’re seeing. One of my Mum’s favourite decades for style was the 50s, think Mad Men season 1. The evening gowns, the cocktail dresses, the cute little pumps and high waisted cigarette trousers, it was elegance at a peak. So when my friend invited me to see the The 50s exhibition at the Palais Galleria I was excited to say yes!

And what a beautiful exhibition. It runs until November 2nd 2014 and if you’re in Paris I recommend that you go and see it.

Follow the link The 50s to visit the website.


J’ai hérité beaucoup de traits de ma mère, dont un, l’amour de la mode et les tissus. Grace à sa passion et ses connaissances qu’elle m’a transmis, je suis capable de dire l’ère de n’importe quel film, émission de télévision, affiches, magazine ou photo, que par les vêtements. En regardant les styles, les formes, les couleurs, les tailles on peut dire très précisément la période de ce q’on voit. Un des décennies préférés de ma maman pour le style était les années 50, pensent Mad Men saison 1. Les robes de soirée, les robes de cocktail, les petites pompes mignons et pantalon cigarette taille haute, c’était l’élégance supérieure. Alors, quand mon ami m’a invité à voir l’exposition La mode; Les années 50 au Palais Galleria j’avais hâte d’y aller!

Et quelle belle exposition. Il dure jusqu’au 2 Novembre 2014 et si vous êtes à Paris, je vous conseille d’aller le voir.

Suivez le lien Les années 50 pour visiter le site.


La Rentrée


It’s the first week of school and I’ve just started my new job in a French Primary school. Stressful would be an understatement.

If you don’t teach I think it’s impossible to really understand the effort and time that teachers put into their work. We do all those little things that parents don’t even notice, but that make at least one child happy during their school day. We prepare, we draw, we design, we cut, we stick, we laminate, we tidy, we clean, and all in the knowledge that it’s really only the other teachers that notice the classroom decoration!

And don’t think it’s all hand puppets and singing cute songs with the children, i’ve had some pretty mucky jobs to do too during the last week! snotty noses on shoulders, painted fingers in ears, panties covered in weewee and t-shirts covered in vomit are just some of my experiences of my first week at school.

It is however, all made worth it in that one lovely moment. The moment when, in front of the head teacher while holding hands with mummy and daddy, my little french student comes up to me and gives me a big kiss and says “thank you, bye bye” in perfect English. :) 


C’est la première semaine de l’école. Stressée, c’est vraiment pas assez d’expliquer mes sentiments. 

Si tu n’es pas enseignante, je pense que ce n’est pas possible de comprendre les heures et l’effort qui font les professeurs. Nous faisons tous les petits choses que les parents rendent meme pas compte, mais qui créent une sourire sur peut-être un enfant. On prepare, on dessine, on design, on coupe, on colle, on range, on nettoies, tout en sachant que ca soit seulement les autres profs qui vont remarquer la decoration des salles! 

Et ne penser pas que mon boulot est toujours chanter avec les marionettes! J’ai fait des choses un peu crasseux aussi cette dernière semaine! Les crottes de nez sur tous mes chemises, de la peinture partout, les culottes trompé de pipi et les t-shirts décoré avec la vomit, sont que un peu de mes experiences de ma premiere semaine de l’école. 

Cependant, ca vaut vraiment le coup grace au moment parfait de la semaine. Le moment quand, devant la directrice main en main avec maman et papa, mon petit élève français viens me voir pour me donner un gros bisou et pour dire ‘thank you’ et ‘bye bye’ avec l’anglais parfait. :)


Photoshop newbie

me.webI love to draw and my primary drawing medium has always been a pencil. The problem is that once you get the picture to look how you want it to look on paper, the idea of throwing paint all over it is pretty scary. I’ve wanted to work with photoshop for a long time, but being totally computer illiterate made it seem impossible. However, after 3 weeks of holiday, a new drawing tablet and lots of phone calls with my dad, I’m starting to have fun playing around with my pictures on photoshop. And voila, the result of my first try …


J’adore dessiner et mon moyen de dessin préféré a toujours été un crayon de papier. Le problème c’est qu’une fois qu’on a l’image qu’on veut sur le papier, l’idée de jeter de la peinture partout c’est assez effrayant. J’ai voulu travailler avec photoshop pendant des années, mais à cause de mon  incompréhension totale d’informatique, il semblait impossible. Cependant, après 3 semaines de vacances, une nouvelle tablette de dessin et de nombreux coups de fils avec mon papa, je commence avoir du plaisir à jouer avec mes photos sur photoshop. Et voila, le résultat de mon premier essai …